Actualités‎ > ‎

DÉPERDITION THERMIQUE DES TOITS ET MODES D’HABITAT DES MÉNAGES : Une analyse de la zone urbaine de Charleroi

publié le 8 avr. 2015 à 00:50 par CEHD_Wallonie Centre d'Etudes en Habitat Durable   [ mis à jour : 16 avr. 2015 à 00:26 ]

Par Marko Kryvobokov, Fatma Lemdani, Sébastien Pradella (Centre d’Etudes en Habitat Durable)

En collaboration avec Marie Loix, Anne Timmermans, Françoise Jadoul (Espace Environnement)

L’isolation de la structure du bâti résidentiel est en enjeu majeur en Wallonie où plus de la moitié des bâtiments résidentiels ont été érigés avant 1946 (DGSIE, Statistiques cadastrales). Outre l’insalubrité des habitations qu’elle peut engendrer sur le long terme, l’isolation thermique médiocre des maisons et appartements entraîne des pertes énergétiques qui sont une source d’inconfort et d’appauvrissement des ménages qui y logent. Par exemple, on estime à près de 30% en moyenne la part des pertes thermiques provenant du toit de l’habitation.

L’isolation thermique des logements n’est pas qu’un problème technique ; toutes les caractéristiques du mode d’habiter des ménages favorisent ou non l’amélioration de performance énergétique du logement. Les préférences, les statuts d’occupation, les modes de chauffage ou de consommation des énergies choisis par les habitants influencent la performation thermique globale des habitations. Analyser ces facteurs requiert une mobilisation conjointe de données socio-économiques et de données techniques.


Grâce à une expérience inédite et réussie de thermographie aérienne des bâtiments de la zone urbaine de Charleroi (composée des communes de Charleroi, Farciennes, Châtelet, Courcelles et Fontaine-l’Evêque), Espace Environnement (asbl) a réalisé, dans le cadre du programme Livinggreen (Interreg IV), un classement de tous les bâtiments par catégories de déperdition thermique des toits relevée en 2014. Cette mesure objective a pu être complétée des données détaillées sur les ménages occupants tirées par l’Enquête sur la Qualité de l’Habitat en Wallonie (2012-2013) conduite par le C.E.H.D. et le SPW – DGO4. Le recoupement de ces bases de données aboutit à un échantillon (n=488) plutôt représentatif d’étude.

Cette séance du séminaire du C.E.H.D. présentera une note de recherche qui confirme un certain nombre de constats connus et partagés par les professionnels à propos des publics les plus concernés par la déperdition thermique des logements. Il s’agit d’une première appréciation statistique à partir de données récentes et originales. Ainsi, les ménages vivant dans des petits ou moyens logements et/ou en immeubles collectifs sont plus fréquemment confronté à déperdition thermique du toit de leur logement. Le statut de locataire, majoritaire pour ces ménages, est un facteur déterminant car il ne leur permet pas de maîtriser la rénovation et l’entretien du bâti. En outre, le parc locatif social ou public affiche un très faible pourcentage de logements avec une forte déperdition thermique. L’effort à fournir aujourd’hui doit donc se porter sur le parc locatif privé où la maîtrise de la performance énergétique semble échapper tant aux occupants qu’aux propriétaires pour des motifs multiples. Enfin, le poids de la contrainte budgétaire des ménages se manifestent plus encore dans la maîtrise des déperditions thermiques des toits des logements. En effet, la déperdition thermique forte frappe notamment les plus grands ménages (de 5 personnes ou plus) ainsi que les plus petits ménages (de 1 ou 2 personnes) pour lesquels le taux d’effort pour se loger est important.

Mots-clés : thermographie aérienne, déperdition thermique du toit, modes d’habitat, profil socio-économiques des ménages, enquête sur la qualité de l’habitat, Charleroi.

La séance aura lieu le vendredi 24 avril 2015 à 9h30 à l’adresse suivante :

Centre d’Etudes en Habitat Durable

Rue de Turenne, 2-4

6000 Charleroi

 

Pour faciliter l’organisation du séminaire, merci de vous inscrire avant le 20 avril, en envoyant un email à notre secrétaire Alexandra Boucher : alexandra.boucher@cehd.be

Téléphone : 00 32 (0)71 20 56 00