Actualités‎ > ‎

INNOVATIONS DE LA RECHERCHE EN HABITAT DURABLE - "Les ménages isolés face aux inégalités environnementales : le rôle des conditions de logement"

publié le 19 nov. 2014 à 02:22 par CEHD_Wallonie Centre d'Etudes en Habitat Durable   [ mis à jour : 19 nov. 2014 à 02:30 ]

Prochaine séance le 03 décembre 2014 


Ce séminaire propose une analyse des inégalités environnementales à partir des conditions du logement en tant que source substantielle de ces inégalités. Cette étude est basée sur l’Enquête sur la Qualité de l’Habitat 2012-2013 en Wallonie conduite par le CEHD. Elle teste quelques hypothèses concernant les relations entre la qualité de l’habitat, la pauvreté et la différenciation/les écarts au sein de la population et du territoire.

Dans un premier temps, nous établissons plusieurs tableaux croisés originaux composées de trois niveaux (basse, moyenne et haute) pour les variables construites suivantes : le revenu du ménage, la superficie du logement, la densité de population, un indice de mixité urbaine, etc. En utilisant cette méthodologie, notre objectif est de mettre l’accent sur les asymétries principales en termes de conditions de logement entre les populations les plus aisées (avec un revenu élevé) et celles les plus pauvres (avec un revenu faible).

Dans un second temps, nous tentons de développer un modèle de régression expliquant la superficie du logement dont disposent les personnes en fonction des variables explicatives du statut d’occupation du logement, des attributs socio-économiques et de cycle de vie ainsi que des caractéristiques de l’environnement. Ainsi, nous pouvons montrer que l’impact du niveau de revenu est déterminant pour la superficie du logement. Plus précisément, la situation familiale de couples sans enfants et de ménages isolés influence négativement la taille du logement disponible. Cela concerne notamment les ménages d’une seule personne de moins de 60 ans avec un impact de moins 20,7% sur la surface disponible du logement.

Face au constat d’inégalités environnementales qui frappent particulièrement les ménages isolés, nous livrons une analyse descriptive plus approfondie de ce groupe par rapport aux autres ménages à partir des attributs suivants : la localisation (le type de complexe résidentiel et l’accessibilité), le type de logement (statut d’occupation, superficie, âge et type) et les caractéristiques de ces ménages (motorisation, âge, statut économique et revenu du chef de ménage).

Cette étude indique que les conditions du logement s’avèrent une source importante d’inégalité environnementale en Wallonie. Ces conditions semblent même discriminer davantage que les nuisances environnementales aux abords immédiats du logement.